Ai Weiwei – D’ailleurs c’est toujours les autres

A Lausanne, nous avons le privilège de pouvoir visiter gratuitement une expo D’Ai Weiwei !!  En effet, la superstar internationale de l’art contemporain a investit le Palais de Rumine et ses diverses institutions internes (Musée d’archéologie et d’histoire, de zoologie, de géologie et de la monnaie, BCU), avec une quarantaine d’oeuvres tantôt bien visibles, tantôt délicatement cachées. Le sculpteur et performeur chinois  a mis en porte-à-faux le pouvoir institutionnel à travers des créations quelques fois de manière simple, comme sa série de doigts d’honneur, d’autres fois de manière plus subtile, comme la série d’assiettes en porcelaine bleues et blanches.  A voir ABSOLUMENT jusqu’au 28 janvier 2018 au palais de Rumine à Lausanne.

Capture-d_écran-2017-09-29-à-13.58.06

IMG_0296IMG_0303IMG_0290IMG_0304IMG_0311IMG_0323IMG_0275

signature

Mathias Malzieu-Journal d’un vampire en pyjama

IMG_1358

Le résumé…

« Ce livre est le vaisseau spécial que j’ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d’amour aussi. Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n’ai rien eu à inventer. Si ce n’est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon cœur. »

Il arrive que la réalité de la vie d’un artiste dépasse la fiction qu’il a lui-même imaginée. Dans « Jack et la mécanique du cœur », le héros se fait greffer une horloge à coucou à la place du cœur. Le film est sorti le 5 février 2014. Le lendemain, Mathias Malzieu était hospitalisé pour soigner une aplasie médullaire, une maladie rare du sang qui l’a obligé à être plusieurs fois transfusé, et même à subir une greffe de moëlle osseuse. De cette expérience éprouvante, de ce combat pour le retour à la vie, il en a tiré, un livre et un album émouvants, drôles, poétiques, avec son groupe de rock, Dionysos.

Mon avis…

Loin d’être le journal d’un malade, c’est le journal de la vie, d’une vie qui redémarre, d’une renaissance. Comme Mathias Malzieu, j’aimerais sur-vivre, vivre encore plus que d’habitude, vivre réellement, pleinement… Tout cela pourrait sembler extrême pour ceux qui n’ont pas lu ces pages, mais le Journal d’un vampire en pyjama n’est pas un roman, c’est un échantillon de vie pétillante et sucrée, qui se révèle à travers l’atmosphère aseptisée de l’hôpital, de la salle d’attente de la mort… L’humour est omniprésent, tout comme l’espoir, la passion, la dérision, l’envie de vivre à tout prix, de profiter de chaque instant qu’il nous reste… Le Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu est une greffe de bonheur, d’espoir, une greffe de poésie qui prend au fil des pages.

J’ai une préférence pour  la version poche, qui est suivi de Carnet de board . Mathias Malzieu, s’était promis durant sa maladie  que s’il guérissait il irait en Islande avec son skate. Carnet de board et le récit de ce fabuleux rêve réalisé en août 2016.

signature